Revue de presse #décembre 2016

  • -

Revue de presse #décembre 2016

logo-revue-de-presse

Juste avant les fêtes, retour sur une fin d’année chargée sur le plan climatique ! Dans la revue de presse Cop & climat de décembre 2016, retrouvez:

 

Un mois après la COP22 et un an après la COP21, bilan critique des processus onusien

Climat : premier anniversaire de l’Accord de Paris– Novethic – 12 décembre ; où l’on tire un premier bilan de l’accord de Paris qui, au delà du succès diplomatique et de la dynamique qu’il a engagée, reste largement insuffisant pour rester sous la barre des +2°C et dont la concrétisation en actes tarde.

Climat : “plus personne n’a la boite de commande” (ATTAC) – Novethic – 13 décembre ; où de retour de la COP22 l’économiste Maxime Combes critique les indécisions de cette COP, s’inquiète de la tendance à transférer l’application de l’accord de Paris au secteur privé, et appelle à “sortir le climat des COP” pour que les impératifs climatiques s’imposent au système économique.

Et dans le détail, Actu-Environnement en débat-vidéo, les organisations Adéquations et Care ou encore Ségolène Royal en interview reviennent en détail sur leurs bilans de la COP22, Laurence Tubiana estime que le G20 sera le prochain grand rendez-vous climat, et Actu-Environnement revient en infographie sur l’état des ratifications nationales de l’accord de Paris.

 

Tandis que les conséquences du dérèglement climatique se font de plus en plus sentir :

En Arctique, la température excède la normale de 20 °C– Le Monde – 24 novembre ; où les records de chaleur et de minimum de la glace de mer au pôle Nord inquiètent par leur ampleur, et sont à la fois témoins et amplificateurs du dérèglement climatique comme l’explique cette vidéo et le montrent des photos de la Nasa. Un réchauffement inédit qui vaut aussi pour les glaciers de haute altitude

En 2015, des événements climatiques ont été accentués par le réchauffement Le Monde – 16 décembre ; où une étude internationale basée sur 25 enquêtes effectuées par 116 scientifiques de 18 pays montre que le lien entre le réchauffement et les catastrophes climatiques est de plus en plus manifeste, comme le cas récent des incendies en Israël le montre. Dans la série effet d’emballement, l’explosion de la concentration de méthane dans l’atmosphère inquiète et pourrait s’aggraver avec la fonte des glaces sibériennes…

 

Chaud et froid sur le désinvestissement des énergies fossiles :

5.000 milliards de dollars désinvestis des énergies fossiles en quinze moisLa Tribune – 12 décembre ; où un rapport relève que “près de 700 institutions de 76 pays, gérant pour 5.000 milliards de dollars d’actifs, sont sorties des énergies fossiles depuis septembre 2015.”

La demande ralentit, mais le charbon ne s’avoue pas vaincu– Sciences et avenir – 15 décembre ; où l’Agence internationale de l’énergie prévoit une baisse de la consommation de charbon jusqu’en 2021, mais craint une stagnation voire un retour à la hausse ensuite vus les investissements dans plusieurs zones du globe dans le secteur.

Dans le détail, si le Canada prévoit de fermer toutes les centrales à charbon du pays pour 2030, il continue d’investir dans le pétrole et de nouveaux oléoducs… ; la Chine, elle, s’apprête à investir massivement dans de nouvelles centrales à charbon alors que les existantes sont sous-utilisées.

 

Premier accord pétrolier depuis 2001 entre pays membres et hors Opep– Le Monde – 10 décembre ; où de nombreux pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et exportateurs hors Opep se sont engagés via un accord quasi inédit à réduire leur production de 562 000 barils par jour, pour que les prix du pétrole repartent à la hausse.

Du côté du secteur privé, un rapport pointe le décalage grandissant entre majors des énergies fossiles en Europe et aux États-Unis, les premières tendant à investir plus dans les technologies bas carbone et le gaz, les deuxième non. Pourtant, les ONG françaises relèvent qu’Engie et EDF notamment “possèdent toujours 35 centrales à charbon en opération dans le monde”, tandis que des banques comme le Crédit agricole continuent d’y investir.

 

Les suites de l’élection de Donald Trump et ses risques pour le climat

Avant l’arrivée de Trump, sauver le soldat climat– le JDD – 22 décembre ; où l’on avance sur trois sujets climatiques brûlants aux États-Unis avant l’investiture de Trump : l’interdiction par Obama de forage d’hydrocarbures dans plus de 46 millions d’hectares, une vaste opération pour sauvegarder les données des scientifiques américains sur le climat, et la victoire temporaire des Sioux de Standing Rock contre un projet d’oléoduc.

Donald Trump forme un gouvernement climatosceptique– Novethic – 15 décembre ; où l’on revient sur les premières nomination de l’administration Trump, inquiétantes sur le plan climatique avec le PDG d’ExxonMobil comme chef de la diplomatie et deux climato-sceptiques notoires à l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et au département de l’Énergie.

Et dans le détail, certains essaient de positiver en estimant que “Trump aura du mal à stopper la décarbonation US“, ou qu’il pourra choisir d’investir dans des secteurs climato-compatibles par opportunité économique ; d’autres rappellent que “L’Accord de Paris ne prévoit aucun garde-fou face aux priorités énergétiques de Trump” ; et d’autres le portrait d’un homme ignorant du changement climatique et sa volonté d’ores et déjà d’empêcher la Nasa d’étudier le changement climatique comme lorsqu’elle modélise le cycle du CO2.

 

Au niveau de l’Union Européenne, déceptions sur le paquet énergie-climat et vives critiques sur la réforme du marché carbone

Climat : l’UE en passe de renoncer à ses ambitions ? – Libération – 30 novembre ; où le “paquet d’hiver énergie-climat” proposé par la Commission européenne fait l’objet de vives critiques, jugé peu ambitieux, incompatible avec les objectifs de l’accord de Paris, faisant la part belle aux énergies fossiles sans développer suffisamment les renouvelables et l’efficacité énergétique,

Dans le détail, l’objectif de 30% d’augmentation efficacité énergétique faisait l’objet de vifs débats pour passer à 40% mais n’a qu’à peine été ré-haussé, la Commission est divisée sur le soutien aux énergies renouvelables et une partie freine car craignant des distorsions de concurrence, et le syndicat des énergies renouvelables a lui aussi salué quelques avancées mais critiqué un manque global d’ambitions. Un rapport avance également que “Les objectifs européens d’énergies renouvelables menacent les forêts“, abattues un peu partout en Europe.

Le Parlement européen veut durcir la contrainte carbone pour les industriels– Euractiv – 16 décembre ; où la commission environnement du Parlement Européen vote une réforme du marché du carbone “plus ambitieuse que prévu” pour ré-hausser le prix du CO2… mais qui prévoit de nombreuses compensations et subventions à certains secteurs très polluants que Corporate Europe dénonce dans un rapport comme un cadeau de Noel et un droit à polluer accru offerts. D’autres comme Xavier Thimbeau plaident également pour une taxe carbone élevée.

 

En France, bilan climatique de fin de mandat…

Du climat à Notre-Dame-des-Landes : le grand écart de François Hollande – Le Monde – 3 décembre 2016 ; où en essayant de tirer un bilan climatique du mandat Hollande, l’on constate un décalage entre le succès diplomatique qu’a été la COP21 et “l’absence d’une véritable politique en faveur de l’environnement”, voire la poursuite de projets contradictoires avec les objectifs de l’accord de Paris…

Pire, Arrêt sur images revient sur l’aveu de Hollande de “s’être servi de l’état d’urgence pour mettre au pas les écologistes pendant la Cop21”, tandis que les Amis de la terre pointent dans un rapport le risque d’un renouveau en France d’une exploitation minière et pétrolière…

 

Et le rôle de l’échelon local dans l’application de l’accord de Paris

Les associations d’élus mobilisées pour « sauver » la dotation additionnelle climat au bloc local– Le Courrier des maires – 21 décembre 2016 ; où l’on s’intéresse à la proposition de dotation additionnelle climat pour les intercommunalités et les régions, pour les inciter à adopter des schémas directeurs locaux climatiques influençant leurs politiques, une proposition finalement rejetée par Bercy et l’Assemblée nationale.

Réchauffement climatique : 86 grandes villes veulent bousculer les États– Le Monde – 2 décembre ; où réunis à Mexico, les maires du C40 (organisation qui regroupe 86 des plus grandes villes du monde) “ont pris l’engagement de doter d’ici à 2020 leur ville d’un plan action climat qui permette de contenir les augmentations de températures en deçà de 1,5 °C”.

Des exemples d’initiatives locales innovantes émergent également, comme la Bretagne qui lance une “COP régionale” pour faire se concerter de nombreux acteurs, ou la métropole de Lyon qui étudie les îlots de chaleur urbains, tandis que France culture pose la question dans une émission dédiée : l’avènement d’une société écologique, durable, passera-t-il par la ville

 

Et en bonus :

Transport & climat, avec une étude de l’institut Öko qui “estime que l’UE devrait réduire de 94% les émissions des transports d’ici 2050 pour respecter l’accord de Paris”, et qu’elle est loin d’être pour l’instant sur la bonne trajectoire, notamment à cause de la dépendance au transport routier.

… et la question de la pollution de l’air, qui n’est pas due aux centrales à charbon allemandes, contre laquelle il est possible d’agir sur le long terme, et dont les effets sont aggravés par le réchauffement climatique.

Vents contraires du côté des énergies renouvelables : si la France voit un léger redressement avec l’adoption de 4 mesures de soutien publiques, la Hongrie bloque le développement de l’éolien, et l’Inde investit massivement dans le solaire.

Entreprises et climat, avec la remise par un groupe d’expert-e-s internationaux de “11 recommandations pour construire un cadre global de reporting sur les risques climat pour les entreprises”, tandis que le cabinet Carbone 4 a élaboré une comparaison des différentes obligations de reporting carbone à travers le monde, et rappelle que le reporting est utile mais qu’il doit être suivi de réelles mesures !

Dans d’autres registres, Bill Gates a levé 1 milliard de dollars pour la recherche technologique sur les énergies “propres”, tandis qu’Antonin Potter a récemment publié un livre intitulé “Comment les économistes réchauffent la planète“.

– Des mobilisations climatiques qui continuent, notamment avec la victoire des Sioux de Standing Rock face au projet d’oléoduc qui menaçait leurs terres, malgré la répression, tandis que des communautés et écologistes canadiens préparent eux aussi une lutte contre de nouveaux projets d’oléoducs canadiens.

En France, la campagne des faucheurs de chaises contre l’évasion fiscale et pour que l’argent perdu serve à l’action climatique bat son plein, avec de nombreuses actions à travers le pays.

Côté logement, Bastamag revient sur l’absurdité climatique qu’est la tradition française du chauffage électrique, sur ses impacts, ses coûts, et l’importance de la rénovation pour changer de modèle de chauffage.

– Côté agriculture et alimentation, festival d’idées pour évoluer vers des pratiques plus respectueuses du climat ! Si la BD Planetman ne vous a pas convaincu, un rapport du Réseau Action Climat revient sur le rôle vertueux de l’agriculture biologique. Si ça ne marche toujours pas, dites le avec Arnold Schwarzenegger, ou relevez le fait que les fish & chips pourraient bien disparaître à cause du dérèglement climatique…

Un point biodiversité, avec un premier bilan de la Convention sur la Diversité Biologique (COP 13) par Humanité et biodiversité qui relève plusieurs réelles avancées.

Du côté du Fonds vert pour le climat, 8 nouveaux projets représentant 315 millions de dollars ont été approuvés, portant à 1,3 milliards de dollars ses financements pour 2016, loin de l’objectif de 2,5 milliards.

Côté déchets, la Fédération des entreprises du recyclage redémontre dans une nouvelle étude globale les importants bénéfices du recyclage sur les économies d’énergie et les émissions de CO2 évitées.

Une bataille juridique perdue mais pas la guerre, la justice allemande a estimé qu’un énergéticien allemand émetteur de CO2 ne pouvait être tenu juridiquement responsable des conséquences climatiques dans un village péruvien car « il existe de nombreux autres émetteurs qui dégagent des gaz à effet de serre ».

La science à la rescousse ? Avec le départ le 20 décembre d’une expédition inédite “afin de mesurer et quantifier l’impact des changements climatiques et de la pollution dans l’océan Austral”… tandis que d’aucuns aimeraient “réduire le fossé entre décideurs et chercheurs”, et que le pape appelle à ce que les scientifiques reprennent le leadership climat. Pourtant, les climato-sceptiques sont encore bien présents, avec l’organisation en France le mois dernier d’une “contre COP22“…

Mieux parler du climat pour mieux sensibiliser ? Des chercheurs en psychologie sociale plaident ainsi pour sortir du catastrophisme et pour le remplacement des termes de “changement” et “dérèglement” climatique par le simple terme de climat moins anxiogène. D’autres développent différents médias, comme une symphonie d’une minute ou un jeu vidéo sur le climat pour le grand public.

– Et même si les rennes diminuent à cause du dérèglement climatique, on vous souhaite de joyeuses fêtes avec ces quelques idées de bouquins climato-friendly !

 


Rechercher sur le site

859 095 !!

Nombre de personnes ayant participé à un Village Alternatiba ou à une étape d'un Tour.

Restez informés !

Abonnez-vous et recevez notre infolettre !

Suivez-nous sur Twitter