Castelnaudary – Carcassonne – Narbonne : un fort élan citoyen !

  • -

Castelnaudary – Carcassonne – Narbonne : un fort élan citoyen !

Jour 11

velorution-carca

Aujourd’hui grâce à José, notre guide, nous en avons pris plein les yeux entre Castel(naudary) et Carca(ssonne) – ça y est, nous nous sentons suffisamment intimes avec la région pour en adopter le dialecte ! Après une brève pause déjeuner dans le parc de la ville de Bram, nous avons continué à longer le canal du midi pour rejoindre une nouvelle troupe de créatures à vélos, à l’écluse d’Herminis.

Nous avons alors collectivement dirigé nos guidons vers la cité millénaire de Carcassonne. Au centre ville, une banda locale a fait sonner ses trompettes et nous avons tous marché jusqu’aux Halles Montagné. Ici nous attendait une belle surprise. Dans la perspective d’accueillir le Tour Alternatiba, un collectif pour la transition citoyenne s’est constitué et a fait naître, le temps d’un soir, un village des alternatives fort intéressant.

DSC_0190

L’Aude est en effet un terreau fertile pour le développement d’alternatives en tous genres. Ce soir là, on a pu découvrir, au centre du village, le projet d’école Montessori qui verra le jour en 2016. Les écoles Montessori axent l’enseignement sur l’expérience sensible des enfants. Elles leur donnent l’opportunité de discerner ce qui les entoure, d’apprendre à se connaître, de développer leurs centres d’intérêts et aptitudes de manière ouverte. Le mouvement non violent Gandhi international était également présent, répercutant l’écho de combats pour la justice sociale et environnementale dans le monde entier. On a de plus rencontré des libraires indépendants, des associations de recyclage, de compost, de commerce engagé ou encore l’éco-village artistique EVA, installé depuis peu sur la Montagne noire.

DSC_0225

Pour sa part, le groupe de danses et musiques traditionnelles de Carcassonne n’a eu de cesse d’agrandir son cercle. Julie, une de nos cyclistes venant de la région parisienne, a été ravie d’apprendre polka et bourrées occitanes auprès de super-mamies et d’enfants, dans une ambiance franchement joviale. Quand on grandi dans une mégalopole, on est souvent coupé des traditions culturelles et des coutumes du pays… et une petite piqûre de rappel fait du bien !

Un délicieux repas de produits frais, biologiques et locaux nous a ensuite sustenté de la meilleure des manières. Puis, nous avons discuté des raisons scientifiques et politiques pour lesquelles le Tour Alternatiba s’est lancé. Montée des océans, multiplication des catastrophes climatiques et de leur violence, pénuries d’eau potable et chute de la production alimentaire, migrations massives de populations, disparition de milliers d’espèces animales et végétales… Dans une planète livrée au chaos climatique, le combat pour la survie risque fort d’éclipser tous les autres, ceux pour la paix, la démocratie, les droits de l’homme.

C’est pourquoi il nous a paru urgent de faire converger les initiatives, et la présence de quelques 300 personnes ce soir là en a témoigné avec force. Cette fois encore, les acteurs locaux de la vie culturelle et associative étaient heureux de se retrouver et d’amorcer un travail collectif, enjeux climatiques en ligne de mire.

DSC_0243

 

Jour 12

Après s’être exercée à gravir des montagnes, notre équipe s’est sentie fort à son aise sur les routes du Carcassonnais et des Corbières. Largement en avance sur notre timing après une pause déjeuner à Lézignan, nous avons suivi notre guide du jour, Gilbert, pour une visite improvisée à l’école de Bizanet ! La voisine de Gilbert, qui n’est autre que l’institutrice du village, nous a accueilli avec enthousiasme.

ecole-bizanet

La région étant de plus en plus exposée aux risques d’inondation et à la survenance d’événements climatiques extrêmes, les enfants sont attentifs lorsqu’on leur parle de contenir l’augmentation de la température du globe. Pour eux, les dérèglements climatiques ne sont ni abstraits, ni à venir. De leur regard vif, ils les observent déjà. Faisant preuve d’humour et d’espièglerie, ils étaient nombreux à interroger leur maîtresse sur ses modes de vie, à commencer par la manière dont elle se rend tous les matins à l’école… et encore plus nombreux à lui suggérer de laisser sa voiture au garage !

DSC_0061

A Narbonne, notre équipe s’est vue renforcée par la convergence de deux autres Tours de cyclistes engagés. Une dizaine de personnes venant de Perpignan et un couple parti du Portugal nous ont rejoint pour la vélorution narbonnaise. Rencontrer ces personnes et partager avec elles nos motivations était très encourageant. En entreprenant la traversée de la France et de pays frontaliers, dans le but d’élargir la mobilisation citoyenne autour des enjeux climatiques, nous avons fait un pari fou. Mais nous ne sommes manifestement pas les seuls à voir que si nous n’agissons pas rapidement et massivement, les perturbations de nos conditions de vie seront irréversibles. Et nous ne sommes heureusement pas les seuls à souhaiter lancer une dynamique citoyenne à la hauteur de l’enjeu, à faire vivre et démocratiser les alternatives.

soutienbis

A l’arrivée au centre ville de Narbonne, nous nous sommes réunis autours d’une banderole préparée à Bayonne par les bénévoles de Bizi ! pour porter soutien aux neufs membres de la Confédération paysanne inculpés dans l’affaire de la ferme des mille vaches. L’élevage industriel comptant parmi les principaux facteurs d’émission de gaz à effet de serre, défendre l’agriculture paysanne est plus que jamais une priorité.

 

Jour 13

Pour la « Team Alternatiba » cette journée était consacrée au repos, ou plutôt à faire toutes les petites choses que nous procrastinons habituellement lors des jours-étapes. Pour les organisateurs d’Alternatiba Narbonne en revanche, ce mercredi, c’était le grand jour ! Profitant de notre passage, un collectif d’associations s’est réuni pour constituer à son tour un village des alternatives foisonnant et varié.

10340138_841666499251933_2958854851247901485_n

L’association Échange et partage d’initiatives a mis en place un espace de gratuité, qui permet à tout un chacun de faire son marché dans l’éventail d’objets mis à disposition grâce à la collecte et au glanage. Les fondateurs du CERS, monnaie locale qui développe et organise l’économie du territoire Narbonnais, étaient là eux aussi. Sous forme de bons d’échange ou de monnaie numérique gérée en ligne, le CERS permet d’échanger des biens et des services issus d’un réseau d’acteurs locaux. La monnaie redevient ainsi un outil d’échange et non l’instrument de spéculations, elle développe les circuits de proximité -minimisant l’impact environnemental des échanges, dont le transport est limité- et valorise le lien social.

Autre initiative intéressante, l’organisation d’un concours d’architecture et d’urbanisme organisé par Ecolocal, qui voit les dérèglements climatiques comme une opportunité pour repenser la ville. D’après la synthèse d’études scientifiques, « la Méditerranée figure parmi les « hotspots » du changement climatique, les effets attendus y sont particulièrement importants, et les impacts environnementaux et socio-économiques risquent d’y être très prononcés » (in Nouveaux scénarios d’évolution pour la mer Méditerranée, Météo France/CNRS). Les étudiants sont alors activement invités à plancher sur les solutions permettant de construire un nouveau pacte entre nature et urbanité.

expophotos

Une superbe expo photo est quant à elle venue illustrer la thématique de la pollution industrielle, et l’équipe restauration de la communauté/coopérative Cravirola a régalé les nombreux visiteurs du village.

Les dynamiques lancées à Carcassonne et Narbonne sont de bien belles réussites pour notre mouvement citoyen. Elles laissent présager un été plein de surprises et une rentrée, le 26 septembre à Paris, sur les chapeaux de roues !


Rechercher sur le site

Reste informé·e !

Abonne-toi et reçois notre infolettre !

Suis-nous sur Twitter